solutions for media | event print video web www.kilkoa.com kilkoa brick

blog pictogramme bulle bande dessinée pictogramme flux rss

logo bulle bande dessinée

25/08/2010 Web et web

Et aussi vidéo et vidéo, texte et texte, photo et photo, peinture et peinture...

bulle bd Tout designer, réalisateur, rédacteur ou plus globalement acteur de la communication des autres que l'on soit, et bien souvent davantage bohème que golden boy, ceux qui reconnaîtront ici partager ces problèmes n'en sont pas moins, de temps à autres, jamais assez souvent, un minimum commerciaux (sic).

peinture, joli cadre bois, doré, pas de toile, laissant le background apparaître

Nous ne savons bien évidemment pas nous vendre. Dès qu'il nous est demandé de faire une remise, nous la faisons, en faveur d'une future nouvelle collaboration avec le client. Nous sommes mis en concurrence avec des boîtes dont nous savons qu'elles ne sont pas à notre niveau de qualité de travail, de rigueur, de respect des délais...

Récemment, excédé par la pratique, j'ai dit "non". J'ai dit "je ne m'aligne pas sur ces tarifs, et c'est vous qui voyez ce que vous voulez comme résultat". Et le client a dit "d'accord". Surprise ! Bon, en général, ça ne marche pas. Mais cette fois, oui, et ça m'a rassuré pour des années.

Il y a deux facteurs principaux qui expliquent ce problème. L'un dépendant d'ailleurs directement de l'autre.

bulle bd Tout d'abord, la plupart de nos clients n'a aucune idée des moyens humains ou matériels à mettre en œuvre, du temps passé, pour réaliser le projet. Ce n'est pas anormal. Je n'ai aucune idée, a priori, du temps et du nombre de pots de peinture qu'il faudrait à un artisan pour reblanchir mon appartement. Je suis curieux, et si je mets en route ce projet, je me renseigne. Ok. Sauf que nos métiers, et j'adresse mes excuses aux artisans qui le prendraient mal, sont un poil plus complexes, dans le sens où le projet de communication d'un client peut faire appel à la programmation web, au design, à la rédaction, à la photo, au tournage, à l'éclairage, au montage, aux effets visuels... Disons que c'est proche de l'architecte, pour rester dans la comparaison du bâtiment. Donc, pour comprendre nos métiers et mesurer ce qu'il en coûte, le client doit être très curieux pour tout saisir.

Ensuite, et là ça concerne essentiellement le web et/ou la vidéo, que nous qualifierons de "nouveaux media", le modèle économique est encore très flou. Un client demandeur trouve tous les prix, du gratuit à l'indécent. Par nature, il ira plutôt vers le moins cher. Sans se faire la même réflexion que tout le monde au rayon pots de peintures, à savoir, le moins cher, c'est le bas de gamme, le plus cher, c'est le total luxe. Non. Parce que la peinture, tout le monde comprend, à peu près. Les "nouveaux media", c'est moins clair, à cause de ce qui est évoqué dans le paragraphe précédent.

En plus, le client, il a un appareil photo et sans doute même un caméscope. SuperFull HD, 50 GigaPixels et tout, et tout... Parfois, au beau milieu d'un rendez-vous, il vous dit même qu'il pourrait le faire lui-même, avec son "matos", s'il avait le temps. Rageant... D'autant plus que, s'il veut faire restaurer la fresque Renaissance du plafond du salon, il aura beau avoir les pinceaux, la peinture et même une ponceuse, il appellera un artisan. Et pas n'importe lequel.

Le salon du client est encore plus beau.
La fresque plafonnière a été restaurée avec soin, et les convives du client y viennent et y reviennent.

Pour le site web de sa boîte, le film de son entreprise ou les nouvelles business cards, en fait, c'est pareil. Sauf qu'il ne le sait pas.

bulle bd Alors, chers vous qui vous êtes reconnus, prenez-vos bâtons de pèlerins, vos Mac, vos iPad, et montrez-lui : un site dont l'ergonomie est bien pensée et un qui ne respecte aucune norme, une photo bien éclairée et une sous-exposée, un film bien habillé et un qui enchaîne les ouvertures en étoile. Et il va voir, lui aussi, ce qu'il préfère. Il ne le dira peut-être pas, mais sachez-le, il pensera "Ça, moi, j'sais pas l'faire".

Et là, vous pourrez lui resservir l'histoire de son plafond. Ses invités, ils ne cessent de l'admirer, ils viennent, ils reviennent. Le site web, le film, tout ça, c'est pareil. Le beau reste subjectif. Mais le bien fait, le travail rigoureux, le respect des règles, des normes, sans oublier de sortir des formats, l'originalité, font que des internautes retournent sur un site, qu'un film est vu par des millions de spectateurs, qu'on se pâme devant une photo. Si l'objectif du projet de communication du client, c'est un peu tout ça, il comprendra et ne confondra plus web et web, vidéo et vidéo, texte et texte, photo et photo...

Tony Verbicaro | 25 août 2010 | tags : commerce, design

12/07/2010 La conférence de presse

Vu et entendu, au moment de la séance des questions, pendant la conférence d'installation d'une entreprise...

bulle bd Le journaliste : "Vous exercez votre nouvelle activité ici depuis six mois, pourquoi ne l'annoncez-vous qu'aujourd'hui ?"

bulle bd L'interviewé : "Effectivement, nous sommes là depuis six mois. Mais je vous retourne la question, si vous savez que nous sommes là depuis six mois, puisque notre activité est visible, pourquoi attendez-vous la conférence de presse pour en parler dans votre media ?"

A méditer...

Tony Verbicaro | 12 juillet 2010 | tags : communication, journalisme